Google, liens internes et poids des pages

On parle de beaucoup de "Link Sculpting" lorsque l'on travail sur le SEO d'un site Web. Google a déjà communiqué sur cette pratique et l'abus qui avait été fait via l'attribut "Nofollow" instauré il y a quelques années.

Qu'en est-il réellement ? Comment Google prend en compte les mots clés insérés dans les liens, que se soit via l'ancre ou les attribut HTML ?

Sans être une preuve indéniable, ce test met en avant quelques surprises qui peuvent prêter à discussion et pourquoi pas à d'autres expériences.


Mise en place du test

Comme toujours, il faut prendre quelques précaution pour éviter, tant que faire ce peut, de fausser les résultats. Donc, on procède de même que pour le précédent test concernant le poids des balises html

  • Déterminer un mot clé inconnu de Google.
    Encore une fois, inutile de le demander... ;-)
  • Utiliser un nom de domaine neuf.
    C'est une précaution pas obligatoire, mais tant qu'on peut la prendre...
  • Créer une page spécifique pour chaque balises et attributs testés ainsi qu'un page dédié à chaque lien.
    Structure de pages identiques, évidement.
  • Procéder à l'indexation sans "favorisation" (pas sur que se soit très français).

Le test porte donc sur la structure type d'un lien texte et d'un lien image avec leur attributs classiques title et alt, mais aussi, pour le fun et parce que beaucoup l'utilisaient encore pour ancrer des sections de page, l'attribut name.

Les codes html utilisés sont les suivants :

  1. <a href="cible.html" title="un titre" name="un nom">une ancre</a>
  2.  
  3. <a rel="nofollow" href="cible.html" title="un titre" name="un nom">une ancre</a>
  4.  
  5. <a href="cible.html" title="un titre"><img src="une-image.jpg" title="un titre d'image" alt="une description d'image" /></a>
  6.  
  7. <a rel="nofollow" href="cible.html" title="un titre"><img src="une-image.jpg" title="un titre d'image" alt="une description d'image" /></a>

J'ai donc créé 24 pages. 12 émettrices de liens et 12 réceptrices. Exemples :

  • pageA.html, pointait vers pageB.html via un lien texte dont l'ancre était le mots clé.
  • pageX.html, pointait vers pageY.html via un lien image dont le alt était le mot clé.

Ce test a été mis en place il y a maintenant 42 mois, soit 6 mois avant celui sur le poids des balises. Les résultats dans Google ont été récupéré chaque jour via un script maison, depuis un serveur totalement indépendant du site test.

Indexation des pages

Pas de difficulté particulière. Pas de mise en place de sitemap pour les GWT, une simple page faisant office de plan avec un lien pour chacune des pages du test. Prise en compte et indexation des 24 pages moins de 20 jours. Une fois les pages connues de Google, la page "plan de site" fut supprimée.

Poids des liens et de leur mots clés

Les premières semaines après que l'intégralité des pages aient été indexées, Google ressortait sur une requête du mot clé utilisé, les pages suivantes :

  1. Page contenant l'ancre du lien texte
  2. Page contenant l'ancre du lien texte en nofollow
  3. Page contenant le alt du lien image
  4. Page contenant le alt du lien image en nofollow
  5. Page ciblée par l'ancre du lien texte
  6. Page ciblée par le alt du lien image

Bien évidement, c'est une tendance, des mouvements avaient lieu dans les résultats, mais sans jamais ne faire apparaitre d'autre page que ses 6 là. Les moins stable étaient les deux dernières, les pages réceptrices, au point que depuis plus de 12 mois elles ne ressortent plus, ne laissant que les 4 premiers résultats, toujours dans ce sens de positionnement.

La chose que l'on peu clairement remarqué et que l'ancre est bien mieux vu par Google que l'attribut alt et que les attributs title, name ou encore le nom du fichier image ne ressortent jamais.

On remarque également que l'attribut nofollow tendrait à diminuer leur poids vu qu'ils apparaissent systématiquement derrière le même emplacement sans nofollow.

Enfin, et c'est là la surprise du test, Google donne un plus grand poids à la page émettrice qu'à la page réceptrice. En effet, la page réceptrice à beau être lié via une ancre spécifique, elle ressort toujours après les pages effectuant le lien.

Maintenant, pour ce qui est de la disparition dans les résultats, sur la requête du mot clé, des pages réceptrices depuis plusieurs mois, un nouveau test serait nécessaire pour savoir si c'est une volonté de Google via son combat contre le sculpting interne ou simplement une pénalisation de certaines pages du test.

Un second test est en route pour essayer d'y voir plus clair à ce sujet. ;-)

Maj du 06/08/12

Le second test mis en place il y a quelques mois donne ses premiers résultats stables depuis plusieurs semaines. C'est le moment de confirmer ou infirmer les informations apporté par cet article fin juin.

Ce second test est quasi une copie du premier à cela de différent que l'hébergement des pages a été faite sur un nom de domaine vierge, que le keyword a été changé, évidement, et que le contenu textuel ou image a également été modifié en totalité. Bref, un test tout neuf.

Voilà donc l'indexation et le positionnement des nouvelles pages :

  1. Page contenant l'ancre du lien texte en nofollow
  2. Page contenant l'ancre du lien texte
  3. Page contenant le alt du lien image en nofollow
  4. Page contenant le alt du lien image
  5. Page ciblée via un lien-image dont le nom du fichier est le keyword
  6. Page ciblée via un lien-image dont le nom du fichier est le keyword et contenant l'attribut nofollow

Constatation, les 4 premiers résultats sont les mêmes que pour le test précédent mais dans un ordre inverse. Les lien avec l'attribut nofollow semblant prendre l'avantage sur ceux sans. Pour les 2 nouvelles pages indexées, on trouve celles proposant un lien-images avec et sans no follow et dont le keyword est le nom du fichier jpg.

Voilà, je vous laisse à vos supputations.

Maj du 02/08/13

  1. Page contenant l'ancre du lien texte
  2. Page ciblée par l'ancre du lien texte
  3. Page ciblée par le alt du lien image
  4. Page contenant le alt du lien image
  5. Page contenant le alt du lien image en nofollow

Vos avis

N'oubliez pas de noter l'article. ;-)

Message
Expéditeur et validation
Effectivement, le fait que les pages émettrices soit mieux classé et plus stable que les pages réceptrices est plutôt paradoxale.
Mais si tu as mis le texte de lien dans les 4 pages concernés et que ce texte n'est pas présent sur les pages réceptrices, elles sont moins populaires (pas de lien entrant) mais plus pertinentes (présence du texte). Cela nous indiquerait donc que la pertinence prime sur la popularité, ce qui est tout de suite moins paradoxale. As tu placé le texte dans les pages réceptrice sans lien bien sure, juste le texte pour annuler le critère texte présent dans la page ?
J'espère avoir été clair.
Non, le keyword n'apparait pas dans les pages réceptrices.
Le test est une approche de base du poids du mot clé dans un lien.
Bien le test :)

Heureusement que l'article qui a repris votre billet cite ses sources :
laboratoire-seo , car l'article qui parle de votre expérience à la base
ne parle pas de vous :

www.secrets2moteurs.[com]/test-seo-le-poids-dun-mot-cle-dans-un-lien.html

Hum, peut être parce que la société derrière ce site vous considère comme des concurrents direct ? ^^
Que voulez-vous...
On est cerné par des gens malhonnêtes et des étourdis.
Reste à savoir où ce placent certains. ;-)
Ton test est vraiment intéréssant.

Si j'ai bien compris le alt de l'image a beaucoup moins de puissance que l'ancre d'un lien.

J'ai une petite question :

La puissance transmise d'une image cliquable avec alt est-elle vraiment inférieure à un lien avec une ancre ? Est-ce-qu'il y a un grand écart de position ?

Merci pour ce test !
Je n'irais pas jusqu'à donner un ordre de grandeur entre le poids de l'ancre et celle du alt.
Le test montre que l'un en à plus que l'autre voilà tout.
Intéressant votre test. Mais cela ne me semble pas si paradoxal que cela. Si j'ai bien compris vous avez une page émettrice qui pointe sur une page réceptrice. Le mot clé visé est dans la page émettrice (sous différentes formes) mais pas dans la page réceptrice. Une pré-conclusion serait donc : Une page contenant un mot-clé situé dans une ancre est plus pertinente que la page visée qui ne contient pas ledît mot clé. Cela me semble assez logique. Une page ne contenant pas le terme associé en recevant si peu de popularité n'a aucune pertinence. Ce qui serait intéressant ce serait de découvrir à partir de combien de lien une page populaire "non pertinente" peut dépasser une page non populaire mais pertinente. Ce je ne sais pas si c'est l'orientation de la suite de votre test ...
En fait, ce que je tenais surtout à faire remarquer, c'est que les pages linkées ne ressortaient pas ou plus sur le keyword utilisé.

Alors, oui, on peut trouver tout un tas d'argument pour expliquer cela, que la page est trop jeune, qu'elle n'a aucun poids, qu'un seul lien vers elle n'est pas suffisant, que le mot clé n'est pas dans son contenu propre, mais le fait est que "basiquement" la simple ancre d'un lien de donne aucun poids à la page réceptrice sur ce mot clé.
"favoritisme" était-il le mot cherché ? Merci pour cet article, une petite conclusion personnelle aurait été intéressante (il faut privilégier les nofollow ?).
C'est là tout le problème.
Google ne permet plus de faire du PR Sculpting avec l'attribut nofollow.

Pour faire simple, voici comment il procède.
La page A possède un PR de 4.
Elle fait un lien vers 4 pages interne. Un des liens et en nofollow.
Google distribue le PR à chaque lien, soit 1 pt par lien, mais oublie de comptabiliser celui émis par le lien tagué "nofollow".
Ce qui veut dire que l'attribut nofollow est bien pris en compte, mais que les autres pages ne prennent pas pour cela plus de "jus".
A vrai dire, je n'ai pas tout saisi sur les résultats du test. Faut il comprendre, sur le second test, que les liens en nofollow sont à privilégier face à des liens sans attribut rel ?

Parce que si je ne me trompe pas, ces derniers sont sensés etre des lien compris en tant que dofollow par GG et ca me fait un peu peur de voir qu'un nofollow serait mieux interprété qu'un dofollow...